Douleurs au genou, lésions du ménisque, déchirure du ligament croisé

Dans la catégorie Jambes

Les douleurs dans l’articulation du genou surviennent souvent de manière imprévue et soudaine. Ces douleurs fulgurantes sont souvent associées à des sensations de blocage ou d’instabilité. Des gonflements et une sensation de chaleur peuvent également accompagner les douleurs.

Il est important de faire la différence entre des douleurs au genou aiguës et chroniques. Les douleurs chroniques au genou se développent progressivement et gagnent en intensité au fil des mois ou des années. Ces douleurs apparaissent la plupart du temps lors d’une sollicitation plus importante ou suite à celle-ci, et sont également associées à des gonflements et à une sensation de chaleur. On décrit souvent des douleurs à la mobilisation, c’est-à-dire qu’après quelques pas, la douleur s’améliore au début pour ensuite augmenter de nouveau après une plus forte sollicitation.

Dans les kyBoot / sur le kyBounder, vous pouvez agir contre les douleurs ; après quelques pas seulement, vous pouvez sentir l’effet positif sur l’articulation du genou.

Définition
Déchirure du ligament croisé :
Les ligaments croisés forment le pilier de stabilisation central de l’articulation du genou. Leur rôle essentiel est de protéger l’articulation du genou lors des ralentissements, des accélérations, ainsi que dans les mouvements de rotation.
La déchirure du ligament croisé provoque un grave trouble du fonctionnement naturel de l’articulation. Ainsi, le traitement conservateur joue un rôle important dans l’entraînement des muscles stabilisateurs de la jambe. De cette manière, l’instabilité de l’articulation peut être compensée dans de nombreux cas, ce qui rend une intervention chirurgicale inutile.

Ligament croisé antérieur (LCA) :
Plus de 90 % des lésions des ligaments croisés concernent le ligament croisé antérieur. Certains types de sport sont particulièrement dangereux, car il existe un risque élevé de rotation du genou, comme au football, au hockey, au volley-ball, au ski alpin, au tennis ou encore au basket-ball.
Ligament croisé postérieur (LCP) :
Les lésions du ligament croisé postérieur apparaissent la plupart du temps après un violent déplacement vers l’arrière du bas de la jambe par rapport au haut de la jambe, par exemple lors d’un traumatisme dû à un choc direct de la tête du tibia depuis l’avant.
Lésions du ménisque (lésion/déchirure/rupture) :
L’articulation du genou de l’homme est formée d’un ménisque interne et d’un ménisque externe. Chaque ménisque est composé de tissu élastique en fibres de collagène. Les ménisques se situent entre les surfaces de glissement de la cuisse et du mollet. Ils bougent dans la même direction lors d’une flexion et d’une extension du genou, ainsi que lors d’une rotation externe ou interne. Plus petit que le ménisque interne, le ménisque externe est également plus mobile. Les ménisques servent à compenser l’incongruence entre la cuisse et le mollet, à augmenter la surface de contact et à transmettre le mouvement. Lors de la transmission du mouvement, les ménisques permettent de répartir la sollicitation totale, selon le rapport 30-70 % (après retrait de la totalité d’un ménisque, la sollicitation du cartilage augmente). De plus, le ménisque est responsable de l’absorption des chocs, du bon fonctionnement de la synovie et contribue également à la stabilité de l’ensemble de l’articulation du genou. Les déchirures du ménisque peuvent être traumatiques ou dégénératives. Elles sont trois fois plus fréquentes du côté interne que du côté externe de l’articulation du genou.

Causes
Les douleurs aiguës au genou apparaissent souvent suite à un traumatisme (accident). Cet accident (souvent un traumatisme dû à la rotation du genou en sport) entraîne une lésion du ligament ou également une blessure du ménisque. La surface du ligament peut également être endommagée. La blessure du ligament la plus fréquente est la déchirure du ligament croisé antérieur qui est associée à une instabilité en marchant. Par contre, une déchirure du ménisque entraîne plutôt une sensation de blocage et des douleurs dues à l’enclavement du tissu.
Les douleurs chroniques au genou résultent d’une maladie dégénérative (usure) ou inflammatoire de l’articulation. Ici, la maladie la plus fréquente est la gonarthrose primaire, c’est-à-dire l’usure du cartilage de l’articulation. Cette perte du cartilage entraîne une perte du glissement des surfaces et un frottement continu dans l’articulation. Par la suite, cela provoque un épanchement de l’articulation, des douleurs et des limitations de la mobilité (plus d’informations à ce sujet dans la section « Arthrose du genou »). Une infection bactérienne ou la polyarthrite rhumatoïde sont par exemple des maladies inflammatoires de l’articulation du genou.
Autres causes pouvant provoquer des douleurs au genou :
Déchirure du ligament croisé postérieur, luxation de la rotule, malposition de l’axe de la jambe, blessure au ligament latéral du genou.

Conséquences à long terme
Une stabilité insuffisante de l’articulation peut évoluer en une lésion des autres structures du genou, augmentant ainsi le risque de développer de l’arthrose.
Un entraînement des muscles stabilisateurs de la jambe est par conséquent essentiel, que ce soit avec un traitement conservateur ou après une intervention chirurgicale.

Traitement conventionnel
Non chirurgical :

La physiothérapie
Le traitement médicamenteux
Chirurgical :

arthroscopie diagnostique ou thérapeutique
Les procédés modernes de traitement des cartilages comprennent également la transplantation de cellules cartilagineuses ou des techniques visant à former du tissu cartilagineux de remplacement (microfractures, plastie en mosaïque)
Endoprothèse
Plastie du ligament croisé
Suture du ménisque / résection de la souris articulaire…
Le principe d’efficacité selon kybun : être proactif
Le kyBounder et les kyBoot offrent une réponse parfaitement adaptée aux personnes cherchant à améliorer leur mobilité au quotidien, sans avoir à y consacrer du temps supplémentaire. Les douleurs aigues sont rapidement apaisées et les articulations du genou sont sollicitées en douceur, ce qui permet de recommencer à marcher plus longtemps et sans souffrir.

La semelle en mousse souple et élastique agit comme une « zone de déformation » et amortit nettement les chocs au niveau des articulations lorsque vous marchez ou courez.

Vous retrouvez le plaisir de vous déplacer et vos douleurs de genou diminuent généralement en quelques minutes seulement. Une personne active aura beaucoup plus de facilité à perdre ses kilos superflus, ce qui lui permettra en outre de moins solliciter et de soulager ses articulations. La quasi-totalité des patients souffrant de problèmes au genou déclarent que leurs douleurs se sont calmées depuis qu’ils portent des kyBoot.

L’action antalgique n’est pas uniquement due à la fonction d’amortisseur de la semelle. La semelle souple et élastique engendre une légère instabilité que la personne doit compenser par une posture debout active presque imperceptible mais permanente. Sur une surface souple et élastique, une personne debout ou en déplacement doit mobiliser ses muscles profonds, lesquels jouent un rôle essentiel dans la stabilité des articulations. Grâce à un entraînement visant à développer la proprioception, la sensomotricité et la coordination sur des supports instables, les articulations parviennent à se stabiliser plus facilement lorsqu’elles sont sollicitées. Le renforcement de ces muscles stabilisateurs profonds permet d’obtenir une posture plus droite et donc une mobilité articulaire accrue et plus précise. Cela est particulièrement important après une blessure au genou ; ainsi, le genou peut être traité et le risque de conséquences à long terme, telles que l’arthrose, est réduit. Grâce à l’amélioration de la stabilité des articulations, les douleurs au genou diminuent.

La prévention selon kybun :

Chacun sait qu’avec le temps, le corps commence à montrer des signes d’usure et que tôt ou tard, la station debout et la marche provoquent des douleurs. Dès que les premières douleurs apparaissent, la plupart des gens ont tendance à considérer leur corps comme une structure fragile et périssable. Dans la plupart des cas, il est déjà trop tard et des dommages irréversibles ont déjà atteint les articulations, comme une usure des cartilages.

C’est pourquoi il ne faut pas attendre que les douleurs se manifestent ou s’aggravent pour agir. Le kyBounder et les kyBoot permettent de protéger les articulations et de prévenir les problèmes d’arthrose bien avant le troisième âge.
Attention ! Les effets à court terme sont facilement confondus avec les effets à long terme.
Le processus d’adaptation du corps déclenché par le port des chaussures kyBoot peut prendre des mois, voire des années. Il s’agit d’un processus au long cours dont l’objectif est d’atteindre une modification profonde et durable.

Cela étant, les effets de la matière souple et élastique de la kyBoot se font également sentir à court terme, par exemple par la disparition des tensions musculaires et la diminution des zones de pression. Toutefois, il faut se garder de confondre effets rapides et effets durables, car en une semaine, le processus d’adaptation n’a pas forcément le temps de s’installer suffisamment pour que ses effets soient perceptibles.

Toutefois, les effets à court terme peuvent disparaître aussi rapidement qu’ils étaient apparus, ou bien se transformer en douleurs, si les temps de pause ne sont pas respectés au début.

C’est pourquoi il est indispensable de bien comprendre que les réactions initiales et la diminution des effets positifs durant les premières semaines d’utilisation des kyBoot ne signifient pas que les kyBoot ont perdu de leur efficacité, mais simplement que le sentiment de bien-être à court terme s’estompe !

Conseils d’utilisation
Posture droite
Ne pas faire de pas trop longs
Au quotidien/Pendant votre temps libre : porter les kyBoot ou utiliser le kyBounder aussi souvent que possible. Faire attention à la fatigue > Faire les exercices kybun régulièrement et prévoir de courtes pauses si besoin
Au travail : Éviter le plus possible la position assise. Au départ, alterner la position assise et la station debout et prévoir une paire de chaussures de rechange.
Après un essai, si vous vous sentez toujours aussi peu assuré ou trop chancelant dans les kyBoot, nous vous recommandons d’opter pour un modèle kyBoot 2e génération. Ces modèles sont dotés d’une semelle un peu plus large au niveau de la zone médiane, ce qui améliore leur stabilité. Demandez conseil aux spécialistes kyBoot en boutique.
Si vous n’êtes toujours pas à l’aise avec un modèle kyBoot de 2e génération, nous vous recommandons de privilégier le kyBounder. Vous pouvez choisir l’épaisseur qui vous convient (plus le tapis est épais, plus il est instable, et plus l’entraînement sera intensif). Pour plus de stabilité, il est également possible de se tenir à quelque chose de fixe, ce qui peut être particulièrement utile au début pour les personnes fraîchement opérées, jusqu’à ce qu’elles aient retrouvé leur assurance.
En cas de douleurs au genou ou d’une blessure au genou, il est essentiel que les mouvements soient précis. Veillez à effectuer des mouvements précis et accordez-vous une pause en cas de sensation de fatigue ou de faiblesse. Si vos pieds roulent vers l’intérieur ou l’extérieur lorsque vous êtes debout sur le tapis souple et élastique, corrigez votre position afin que votre pied, votre genou et votre hanche soient alignés sur le même axe. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à la rubrique « Rotation des pieds vers l’intérieur ou l’extérieur ».
Adressez-vous à un distributeur kybun de confiance si vous avez d’autres questions, si vous ne vous sentez pas à l’aise ou si le port des kyBoot provoque des douleurs persistantes malgré le respect des conseils d’utilisation.