Épine calcanéenne/fasciite plantaire

Dans la catégorie Pieds

L’épine calcanéenne, également appelée Fascitis plantaris, est la pathologie du talon liée à une sollicitation excessive de la voûte plantaire la plus répandue dans les pays industrialisés. La dureté des sols couplée à la rigidité des chaussures a pour effet de transférer une grande partie du poids du corps sur les talons, aussi bien pendant la marche qu’en position debout.
Cette sursollicitation du talon entraîne souvent des douleurs à long terme.
Les solutions proposées par la médecine et l’industrie de la chaussure sont extrêmement coûteuses ou aggravent la situation à long terme, car elles ne ciblent que les symptômes, et non leurs causes.

Définition
Fasciitis Plantaris
Il s’agit d’une inflammation de la plante du pied, plus précisément à l’endroit où le tendon du muscle plantaire se rattache au calcanéum. À la suite d’une inflammation persistante, une excroissance osseuse en forme d’épine peut se former : on parle alors d’épine calcanéenne.

Exostose de Haglund
Ce syndrome désigne l’ossification et la déformation de la partie postérieure du tendon du talon. Il se caractérise par des douleurs provoquées par le frottement ou la pression des contreforts de la chaussure.

Peu importe l’endroit où l’épine ou l’ossification survient. Le traitement est le même pour les deux tableaux cliniques : il faut en effet pouvoir dérouler le pied correctement et mobiliser les muscles et/ou les tendons raccourcis voire collés. Les produits kyBoot et kyBounder sont parfaitement indiqués dans ce cas.
Causes

L’inflammation du fascia plantaire est une réaction du corps en cas de sollicitation excessive de cette zone. La fasciite plantaire est généralement causée par une pression trop forte sur la zone douloureuse. Il en résulte un raccourcissement, voire une adhérence du fascia plantaire (le corps a tendance à vouloir renforcer ce phénomène afin de compenser la sursollicitation), ce qui accroît encore la pression sur la zone douloureuse.
L’une des principales causes du raccourcissement du fascia plantaire est la perte de motricité des pieds dans nos activités quotidiennes. Étant donné que, la plupart du temps, nous nous déplaçons sur des sols durs tels que le béton, et que nous portons des chaussures rigides, par exemple des chaussures de travail avec des semelles raides ou des chaussures à talons, la mobilité de nos pieds est largement réduite. Cela freine la mobilisation de la plupart des articulations du pied, que le corps perçoit alors comme des éléments inutiles : peu à peu, le pied, très mobile à l’état naturel, commence à s’adapter à notre mode de vie civilisé, c’est-à-dire qu’il se stabilise ou se « raidit ».
Conséquences à long terme
Lorsque les douleurs persistent pendant des mois sans que les causes soient traitées, le corps met en place des mécanismes d’évitement afin de soulager la zone douloureuse. Le pied sain est alors davantage sollicité, une claudication apparaît et la mauvaise posture engendre une sollicitation néfaste d’autres articulations (genou, hanche, dos…). Les réactions varient d’un individu à l’autre, ce qui explique que les mécanismes de compensation et les articulations affectées ne sont pas les mêmes.
Traitement conventionnel
La plupart des médecins prescrivent un coussinet à placer sous le talon.
Certains prescrivent également des semelles orthopédiques.
En kinésithérapie, les épines calcanéennes sont traitées par ultrasons et/ou par électrothérapie, ou bien on a recours à un traitement des points trigger ou à des massages. Les muscles du pied et de la jambe sont étirés et renforcés par des exercices spécifiques.

Le principe d’efficacité selon kybun : être proactif
En cas d’inflammation du fascia plantaire (avec ou sans fissurations de l’aponévrose) ou d’épine calcanéenne, il est essentiel que la zone lésée soit sollicitée en douceur afin qu’elle puisse guérir. Dans une chaussure kyBoot, le pied reproduit un mouvement de déroulement naturel grâce à la semelle souple et élastique, ce qui permet de mobiliser et d’étirer le fascia plantaire en douceur. Ce mouvement intervient largement dans la guérison, car il stimule la circulation sanguine au niveau du fascia plantaire. Cela facilite l’élimination de l’inflammation dans les tissus tandis que la bonne oxygénation accélère le processus de guérison. Voilà comment traiter les causes des douleurs du fascia plantaire. En outre, dans une chaussure kyBoot ou sur un tapis kyBounder, le poids du corps est réparti sur toute la plante du pied, ce qui permet de réduire la pression et de soulager la zone douloureuse du talon.
Ce n’est qu’à la mise en place du traitement par étirement et mobilisation du fascia plantaire que la zone douloureuse (épine calcanéenne au niveau du tendon) pourra être soulagée et que l’inflammation pourra être calmée.
Réactions initiales
Réactions initiales spécifiques en cas d’épine calcanéenne :

En cas de rétrécissement préexistant des muscles de la cuisse et de l’aponévrose, une forte élongation peut se manifester et provoquer une réaction inflammatoire. Si cela se produit, faites impérativement une pause et/ou intégrez une petite marche tranquille avec vos kyBoot dans votre planning quotidien. Il est plus efficace de porter les kyBoot pour marcher que pour rester debout, mais il est ABSOLUMENT indispensable de les porter régulièrement.

Si les kyBoot ne sont portées que de temps en temps, l’étirement ne sera que ponctuel et les douleurs inflammatoires récidiveront.

Les ajustements suivants dans la réalisation standard de la marche par intervalles sont importants en cas d’épine calcanéenne  :

Pour ne pas aggraver les douleurs, faire des petits pas et ne pas dérouler le pied en appuyant trop fortement sur le talon.
Privilégier les exercices lents
– en cas de douleurs intenses, marcher également à reculons.
Si vous optez pour un rythme plus rapide : ne pas dérouler le pied exagérément, vous éviterez ainsi de raviver les douleurs.
Conseils d’utilisation
Veillez avant tout à éviter au maximum les chocs sur la zone douloureuse du talon ! La meilleure façon d’y parvenir, c’est de commencer par faire de petits pas dans vos kyBoot ou sur le kyBounder, en posant votre talon doucement.
Déroulez ensuite tout le pied jusqu’au gros orteil, ce qui permettra d’alterner entre les phases d’étirement de l’aponévrose contre la semelle et de relâchement en phase d’oscillation (lorsque la jambe est en l’air).
Si vous ressentez une crispation au niveau de la plante du pied, nous vous conseillons de maintenir le pied en l’air et de le décontracter : faites des mouvements circulaires, remuez les orteils, bougez votre pied dans toutes les directions possibles, en fonction de ce qui vous soulage.

Nous vous conseillons également de porter les kyBoot sans semelles. Si vous possédez des semelles orthopédiques, utilisez-les dans vos chaussures « normales » et portez-les lors des pauses kyBoot afin de soulager vos pieds de manière passive. De nombreux utilisateurs de kyBoot qui portaient des semelles auparavant nous rapportent qu’ils ne s’en servent plus du tout aujourd’hui. Mais attention : les réactions peuvent varier d’un individu à l’autre !