sténose du canal rachidien/modifications dégénératives affectant les lombaires

Dans la catégorie Dos/Tronc/Tête

La bipédie chez l’homme entraîne une forte sollicitation mécanique de la région lombaire. Les modifications dégénératives sont liées à l’âge et à la nature de la sollicitation ; dans leurs formes bénignes, elles constituent un trouble très répandu. Elles posent moins la question de savoir si elles évoluent que celle de la rapidité à laquelle le rétrécissement progresse et des signes cliniques qu’elles provoquent.

Adopter une posture redressée et travailler en gardant le dos bien droit permet de solliciter son dos sans le malmener et nous aide à garder un dos en bonne santé et à éviter les dorsalgies le plus longtemps possible. Pour cela, il est indispensable d’avoir des muscles dorsaux fonctionnels et bien développés.

kybun vous aide à intégrer de l’activité physique dans votre quotidien sans vous obliger à y consacrer du temps supplémentaire.

Définition
Le terme sténose du canal rachidien (ousténose rachidienne) désigne un rétrécissement du canal rachidien. Elle survient plus fréquemment chez les personnes âgées et se manifeste essentiellement dans la région lombaire. Les segments rachidiens les plus touchés se situent entre la troisième et la quatrième et entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire.

Le tableau clinique est d’abord non caractéristique. Les troubles fonctionnels et les douleurs, tout comme l’inflammation du nerf sciatique peuvent être causés par différentes modifications pathologiques des lombaires. L’un des symptômes typiques de la sténose rachidienne est la claudication intermittente. Le patient se plaint de douleurs lancinantes sur le devant ou l’arrière de la jambe survenant après une courte marche.

Causes
Dans le cadre du processus de vieillissement normal, les disques intervertébraux se tassent et une ostéochondrose se développe ; elle se manifeste d’une part par des protubérances au niveau des disques intervertébraux et par une excroissance osseuse au niveau des vertèbres (spondylophytes) Ces phénomènes évoluent vers une arthrose des petites articulations de la colonne vertébrale (spondylarthrite). Cela se traduit par un rétrécissement du canal rachidien.

La sténose peut prendre différentes formes. Il peut arriver qu’un disque intervertébral relativement intact se déplace dans l’espace intervertébral et qu’il glisse latéralement. Cela comprime l’un des cotés du canal rachidien et provoque des douleurs nettement plus vives.

Conséquences à long terme
La sténose évolue de manière progressive, plus ou moins rapidement selon les cas. Au bout de quelques années toutefois, la maladie cesse généralement de s’aggraver. Les troubles neurologiques sont rares.

Dans certains cas extrêmes, le patient ne peut plus marcher qu’une centaine de mètres ; ce tableau clinique nécessite un complément de diagnostic ainsi qu’un traitement adapté.

Traitement conventionnel
En complément, tout l’arsenal des traitements contre la douleur disponibles peut être utilisé. Ils sont d’ailleurs souvent indispensables à la mise en place d’un programme de renforcement ciblé. L’essentiel du traitement repose sur des exercices physiques, notamment des étirements, de l’électrothérapie, et une thérapie d’entraînement médical, et non sur la prise de médicaments. La pertinence de ce traitement dépend toutefois du tableau clinique.

Un soulagement immédiat, en particulier chez les patients âgés, peut être obtenu par l’utilisation d’un bandage de contention du tronc ou d’un corset en résine, à l’action stabilisatrice. Cela permet notamment de moins solliciter les disques intervertébraux.

Dans certains cas toutefois, l’opération est inévitable. Une chirurgie de décompression peut permettre d’élargir le canal rachidien et, dans des formes peu sévères, l’implantation d’un espaceur interépineux entre les apophyses épineuses afin d’élargir le canal rachidien et les canaux de sortie des nerfs peut également se révéler utile.

Le principe d’efficacité selon kybun : être proactif
En cas de modifications dégénératives (phénomènes d’usure) affectant la colonne vertébrale, il est essentiel de renforcer les muscles stabilisateurs profonds. Cela permet d’améliorer la stabilité et l’assurance perdues, de réduire les douleurs et de marcher plus longtemps.

Renforcement des muscles dorsaux et stabilisation de la colonne vertébrale

Au lieu de limiter les mouvements du pied, la semelle souple et élastique de la kyBoot lui permet de bouger librement dans toutes les directions. La marche sur la semelle souple et élastique de la kyBoot et la sensation d’instabilité qu’elle procure mobilise les muscles et redresse le corps (l’effet est le même sur le kyBounder, le tapis souple et élastique).
Les muscles stabilisateurs profonds de la colonne vertébrale sont renforcés, ce qui agit à la manière d’un tuteur sur la colonne. Cela soulage et stabilise le dos. Votre posture est plus droite et vous pouvez marcher plus longtemps.
L’activation des muscles stabilisateurs profonds améliore également la circulation sanguine en profondeur, ce qui accélère la guérison des blessures.
Posture droite et prévention de l’usure

Une position assise prolongée entraîne une sollicitation déséquilibrée des muscles et de la colonne vertébrale, surtout lorsqu’une mauvaise posture est adoptée. Au fil du temps, les muscles trop peu sollicités s’affaiblissent et se raccourcissent. À l’inverse, les muscles trop sollicités subissent des contractures. Il en résulte des douleurs de nuque, de hanche et de dos, qui provoquent à leur tour d’autres mauvaises postures. Ce cercle vicieux peut, à terme, entraîner l’usure de la colonne vertébrale.
La station debout sur le tapis kyBounder ou la marche dans les kyBoot détend, étire et mobilise les muscles, et rétablit la posture droite et naturelle du corps. Les contractures et les déséquilibres disparaissent. Les muscles posturaux sont renforcés de manière ciblée. L’alternance entre tension et détente des muscles permet de soulager les maux de dos.
Une posture plus droite permet d’aligner les disques intervertébraux et d’éviter que certains soient plus sollicités que d’autres ; ils sont donc protégés de l’usure.

Conseils d’utilisation
Plusieurs raisons peuvent expliquer que l’utilisation des kyBoot ou du kyBounder déclenche de nouvelles douleurs de dos ou aggrave celles que vous aviez déjà, par exemple une posture inhabituelle, plus verticale, des contractures musculaires, ou des mouvements dont votre dos n’a pas l’habitude.

Nous vous recommandons de faire les exercices kybun de temps à autre et de manière régulière afin de détendre vos muscles et de vous redresser. Cela soulage le dos et notamment les disques intervertébraux. Les douleurs de dos doivent donc s’atténuer en quelques heures ou en quelques jours.
Sélectionnez les exercices kybun qui vous soulagent ! Chaque patient étant unique, certains privilégieront les exercices doux, tandis que d’autres auront besoin d’un entraînement plus intensif.

Sélectionnez un modèle kyBoot de 2e génération, doté d’une semelle plus large. Elle offre une meilleure stabilité au niveau de la zone médiane du pied ; demandez à votre distributeur kybun de vous présenter les modèles qui vous intéressent.

Si vous vous sentez trop instable dans les kyBoot ou si vous cherchez un appareil supplémentaire pour vous entraîner à la maison, le kyBounder est la solution qu’il vous faut. La matière souple et élastique du tapis vous permet de renforcer les muscles des pieds, des jambes et du dos. Si vous manquez d’assurance, vous pouvez vous tenir à quelque chose de fixe. De plus, vous avez le choix entre plusieurs épaisseurs de tapis : plus il sera épais, plus l’entraînement sera intensif. Demandez conseil à votre distributeur kybun en boutique.

Malgré la pratique régulière des exercices kybun, si vous ressentez une grande fatigue ou des douleurs ou si vous avez l’impression que votre pied s’affaisse sur un côté de la semelle kyBoot, nous vous recommandons d’intégrer une courte pause dans le programme kyBoot/kyBounder jusqu’à la disparition de ces symptômes.

Pendant l’entraînement, veillez à vous tenir bien droit, évitez de faire de trop grands pas et fixez votre regard loin devant vous (et non sur le sol). Lorsque vous marchez avec des kyBoot aux pieds, maintenez une posture droite, c’est-à-dire corrigez un éventuel affaissement du pied vers l’intérieur ou l’extérieur !